Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


BARRAN - Gers (32)

Suite à l'article que j'ai ouvert sur le clocher de cette église, je décide de consacrer une page aux clochers tors. Je ne m'arrêterait donc pas spécialement sur celui-ci, mais je reprendrai quelques éléments pour situer le sujet.


Les clochers tors

Le clocher de ces églises se compose le plus souvent d'une tour carrée en pierre sur laquelle repose une pyramide coiffée d'une flèche. Un clocher tors ou clocher flammé est un clocher où la flèche est en spirale, souvent couverte d'ardoises.

Il en est dénombré 82 en Europe, dont 33 en France, 2 au Danemark, 3 en Angleterre, 24 en Allemagne, 8 en Belgique, 3 en Suisse, 8 en Autriche et 1 en Italie.  Le clocher de Barran est le plus au sud de la France ; le plus au nord se trouvant à Verchin dans le Pas-de-Calais.



Le sens de rotation est différent d'un pays à l'autre :

  • En Allemagne : 63% tournent de droite à gauche
  • En Autriche et en Suisse : 100% tournent de droite à gauche
  • En Belgique : 75% tournent de gauche à droite
  • En France : 78% tournent de gauche à droite


Deux hypothèses s'affrontent quant à l'origine de la torsion :

1 - Les uns sont les clochers construits tors, pour réaliser une prouesse architecturale.
2 - D'autres le sont devenus au cours du temps


Pour l'hypothèse 2 :

Certains architectes comme pensent qu'ils sont devenus hélicoïdaux suite à un mauvais séchage du bois. Il est en effet prouvé que la charpente de certains clochers en vieillissant a bougé.

Le bois travaille presque toujours, son sens de rotation naturel étant de la gauche vers la droite. Dans un clocher, il suffit qu'il y ait une rotation d'un vingtième de degré à la base du poinçon, la pièce centrale et maitresse de la charpente, pour que celle-ci atteigne un huitième de tour (45°) au sommet, entrainant une torsion de l'ensemble de la charpente. Au fur et à mesure des années, avec le renouvellement des toitures, le défaut s'embellit. La torsion du clocher de l'église Notre-Dame à Puiseaux dans le Loiret est due à un mauvais séchage du bois.

Le poids de la couverture, quand il est trop élevé, peut aussi éventuellement faire ployer la base de la structure, provoquant un affaissement de la charpente et la vrille du clocher, c'est le cas de celui de Chesterfield en Angleterre, qui est couvert de plaque de plomb.

Nombre de clochers tors qui le sont devenus avec le temps sont octogonaux, c'est-à-dire que leur flèche comporte huit pans. Ce sont des clochers de villes moyennes. En effet, quand une paroisse de cent habitants construit son église, son clocher sera presque toujours à deux ou quatre pentes. C'est une question de prix de revient. D'autre part, quand la paroisse dépasse les 10 000 habitants, on fait appel à des artisans spécialisés dans ce genre de construction.



Saint-Côme-d'Olt dans l'Aveyron

Flèche de 45 mètres, plusieurs fois endommagée par la foudre, en 1929 la destruction entraîna une reconstruction volontairement torse selon certains.



A contrario, pour St-Côme d'Olt, ces explications sont difficilement acceptables.
Le bâtisseur, Antoine SALVANH, était sans doute l'un des plus expérimentés maître d'oeuvre de son temps. Il avait déjà construit la tour de la cathédrale de RODEZ, l'une des quatre "Merveilles du Midi", le portail de l'église St Jean d'Espalion, une partie de la belle église du Cambon. Il est resté sur le chantier pendant les 6 ans de construction de l'église, finissant lui-même les portes d'entrée.

On ne peut croire que SALVANH ait laissé employer du bois de mauvaise qualité.
Les charpentiers de St-Côme d'Olt, qui ont laissé des charpentes de toits datant du 15e-16e-17e siècles, encore en bon état, qui ont maitrisé la technique des bois courbes avec toutes les toitures en carène des maisons et granges, ne peuvent laisser croire à une telle négligence.

Les architectes qui ont examiné la charpente du clocher ont dit qu'il s'agissait d'une forme en spirale intentionnelle. Le poinçon central, qui a gauchi dans différentes flèches est resté bien droit à St-Côme d'Olt.

On peut donc penser raisonnablement que le clocher flammé est bien l'oeuvre réfléchie, trés bien réalisée, d'un maître d'oeuvre de grand talent.

Il n'est pas interdit de penser que Salvhan en imaginant ce clocher flammé ait voulu en faire un "symbole" de l'ascension vers le ciel...


D'autres clochers tors

le clocher tors de l'église de Saint-Bonnet-de-Four dans l'Allier (France)


La torsion serait accidentelle due à un mauvais séchage du bois utilisé au 19ème siècle.
En 1978 il a fallu réparer le clocher, les Bâtiments de France exigèrent qu'il conserve sa forme tordue, une couverture en bardeaux de châtaignier a remplacé l'ancienne couverture qui était en ardoises et la charpente a été consolidée



Le clocher tors de l'église de Ceyzériat dans l'Ain (France)


Flèche octogonale recouverte de tuiles rouges, construite volontairement torse en 1818 par un compagnon charpentier. La torsion ne concerne que le premier tiers. La charpente a été renforcée ultérieurement par des pièces de bois (une par face) afin d'empêcher une accentuation de la torsion.





"Maison des compagnons du tour de France" à Nantes



Partager cette page

Repost 0
Published by