Jeudi 8 septembre 2011 4 08 /09 /Sep /2011 00:45

 

  fdh

 

Je m’aperçois que la question revient souvent lors des prospections en recherche d’eau que j’effectue.

Je pense donc nécessaire de faire un article qui j’espère permettra d’éclairer sur la façon de déterminer la pompe la plus adaptée au besoin et au puits.

Je ne parlerai pas des puits de moins 6 mètres de profondeur, puisque dans ce cas il s’agit d’une pompe de surface et non pas d’une pompe immergée.

 

Il faut dans un premier temps déterminer le besoin de pression souhaitée en sortie du ballon vessie, souvent 3 bars 

 

Pour arriver à cette valeur il va falloir additionner les pertes de charge présentes sur le circuit de refoulement de la pompe immergée. Ces pertes devront être retranchées à la pression maxi de la pompe pour atteindre notre pression souhaitée de 3 bars.

 

Les différents paramètres de pertes de charge 

 

 

 

La profondeur du puits :

 

Il est évident que ce qui va être le plus dur à combattre pour la pompe immergée c’est de lutter contre la pression de la colonne d’eau dans le tuyau vertical qui revient à la surface. 

  

Il faut prendre en compte qu’il faut 1 bar de pression pour une colonne d’eau de 10 mètres.

 

Par exemple une pompe de 4 bars ne pourrait pas remonter de l’eau depuis 50 mètres de profondeur. Pour un puits de 30 mètres, 3 bars sont donc utilisées à la remontée d’eau dans le tuyau.

 

 

  

La longueur de tuyau horizontal (qui alimente vers la maison par exemple) :

 

Pour ce paramètre diviser la longueur par 100, par exemple il faut à peine 1 bar pour vaincre l’effort nécessaire à l’écoulement de l’eau pour un tuyau horizontal de 100 m, donc pour 10 mètres horizontal 0.1 bar …. seulement.

 

 

 

Clapet anti-retour : 0.5 bar de perte

A multiplier par le nombre de clapets sur le circuit. Il est conseillé de placer un clapet tous les 10 à 15 mètres en vertical et un autre avant le ballon vessie.

 

 

 

Système de filtration (si vous en avez un) : 0.6 bar de perte

 

 

 

Le ballon vessie :

C’est lui qui restituera le surplus de pression de la pompe, il faut donc lui ajouter la pression que vous souhaitez en sortie (soit 3 bars dans notre exemple) +1 bar pour la mise en pression de la vessie.

 

 

 

 

 

Donc pour exemple si j’ai un puits de 30 mètres et que je souhaite de l’eau à une pression de 3 bars :

 

30 m / 10 = 3 bars de perte

3 clapets anti retour x 0.5 = 1.5 bars de perte

ballon vessie 1 bar de perte

pression souhaitée 3 bars

 

 

 

le tout = 3 + 1.5 + 1 + 3 = 8.5 bars

 

 

 

La pompe doit délivrer au grand minimum 8.5 bars.

 

 

 

  

Il faut noter que la colonne d’eau au-dessus de la pompe vient aider la pompe. Si une pompe se trouve à 30 mètres de profondeur mais que le puits est plein à ras bord, alors l’effort pour remonter la colonne d’eau pour la pompe est nul, ceci dû à la pression de l’eau sur la pompe elle-même. Si le puits est vide et que la pompe se trouve à peine sous 2 mètres d’eau elle devra lutter contre les 28 mètres restants.

 

Voilà pour ce calcul, mais vous n’êtes pas au bout de vos peines car d’autres paramètres dans l’installation vont devoir être définis. Le fait est que vous avez déjà déterminé la capacité de votre pompe.

 

  

 

  

Par Laurent Cassé - Publié dans : Sourcellerie
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Retour à l'accueil

Recommander

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés